Gnosticisme universel
Traduction littérale (1ère partie)

Traduction littérale (2e partie)

Les Trois Montagnes
Les Trois Montagnes

Les trois Montagnes

Par le V.M. Samaël Aun Weor


CHAPITRE 7 - La méditation

Affranchi de murailles intellectives, ennuyé par tant de théories compliquées et difficiles, je résolus de voyager vers les côtes tropicales de la mer des Caraïbes…

Là-bas au loin, assis comme un ermite des temps révolus, sous l’ombre taciturne d’un arbre solitaire, je résolus d’inhumer tout ce cortège difficile de vain rationalisme…

Avec le mental en blanc, en partant du zéro radical, immergé en méditation profonde, je cherchais à l’intérieur de moi-même le Maitre Secret…

Sans ambages je confesse et avec une entière sincérité, que je pris très au sérieux cette phrase du Testament de la Sagesse Antique qui dit textuellement : « Avant que la fausse aurore ne se lève sur la Terre, ceux qui survivront à l’ouragan et à la tempête, loueront l’Intime, et à eux apparaîtront les hérauts de l’Aurore. »

Évidemment je cherchais l’Intime, je l’adorais dans le secret de la méditation, je lui rendais un culte…

Je savais qu’à l’intérieur de moi-même, dans les recoins ignorés de mon Âme je le trouverais. Et les résultats ne se firent pas attendre très longtemps…

Plus tard dans le temps, je dus m’éloigner de la plage sablonneuse pour me réfugier en d’autres terres et en d’autres lieux…

Cependant, où que je fusse, je continuais mes pratiques de méditation. Allongé dans mon lit ou sur le dur plancher, je me plaçais en forme d’étoile flammigère —pieds et bras ouverts à droite et à gauche— avec le corps complètement relaxé…

Je fermais mes yeux pour que rien du monde ne puisse me distraire. Ensuite, je m’enivrais avec le vin de la méditation dans la coupe de la parfaite concentration.

Indiscutablement, à mesure que j’intensifiais mes pratiques, je sentais que réellement je m’approchais de l’Intime…

Les vanités du monde ne m’intéressaient pas, je savais bien que toutes les choses de cette vallée de larmes sont périssables…

L’Intime et ses réponses instantanées et secrètes était la seule chose qui m’intéressait réellement.

Il existe des festivals cosmiques extraordinaires qui ne peuvent jamais être oubliées, cela le savent très bien les divins et les humains…

Au moment où j’écris ces lignes me vient en mémoire l’aube agréable d’un jour heureux…

Depuis le jardin intérieur de ma demeure, hors du corps planétaire, humblement agenouillé, clamant d’une voix forte, j’appelais l’Intime…

Le Béni franchit le seuil de mon manoir. Je le vis venir vers moi d’un pas triomphal…

Vêtu d’un précieux zéphyr et d’une tunique blanche ineffable, l’adorable vint à moi ; je le contemplais, heureux…

Sur sa tête céleste brillait splendide la couronne des Hiérophantes, tout son corps était fait de nature de félicité…

Dans sa main droite resplendissaient de beauté toutes ces gemmes précieuses dont parle « L’Apocalypse » de Saint Jean…

Le Seigneur empoignait avec grande fermeté la Verge de Mercure, le sceptre des rois, le bâton des patriarches…

Me prenant dans ses bras, le Vénérable chanta d’une voix de paradis des choses qu’aux êtres terrestres il n’est pas donné de comprendre…

Le Seigneur de Perfections m’emmena alors à la planète Vénus, très loin des amertumes de ce monde…

C’est ainsi que je m’approchais de l’Intime par le chemin secret de la méditation intérieure profonde. Maintenant je parle parce que…

CHAPITRE 8 - États de Djinn

(Bientôt disponible)


Sociaux

Vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux.

Traduction littérale (2e partie)
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!