Dossier OVNI : École ARIEL au Zimbabwe

11 Juin,2016 | Extraterrestre | 2 commentaires

En 1994, un ovni vola près d’un collège au Zimbabwe et fut observé par des dizaines d’enfants d’une école locale.

Une des enquêteuses du domaine extraterrestre les plus importantes en Afrique du Sud Cynthia Hind, ainsi que le psychiatre américain John Mack ont enquêté sur le cas et ont interviewé les enfants. L’enquêteuse Cynthia Hind est allée à l’école Ariel le 20 septembre, quatre jours après l’événement, accompagné d’une équipe de télévision de la BBC. John Mack et son équipe sont arrivés deux mois plus tard.

Avant son arrivée à l’école Ariel, Cynthia Hind a communiqué avec Colin Mackie, le directeur de l’école, afin de lui demander si les enfants pouvaient dessiner ce qu’ils avaient vu. Les dessins des enfants sont cohérents entre eux et représentent les détails les plus importants de l’expérience.

Un extraterrestre dans mon jardin

Vendredi 16 septembre 1994, approximativement à 10h15 du matin, soixante-deux enfants jouaient dans la cour du collège Ariel de Ruwa pendant une pause. Aussitôt, les enfants se rendirent compte que trois ou quatre sphères argentées volaient dans le ciel au-dessus de l’école. Les sphères disparurent en un éclat de lumière et réapparurent à un autre endroit du ciel.

Les enfants ont rapporté à Cynthia Hind, à John Mack ainsi qu’à leurs enseignants que cela s’est produit trois fois et que les sphères commencèrent ensuite à descendre en se rapprochant de l’école. Une des sphères descendit jusqu’à des arbres qui se trouvaient à cent mètres du lieu où se trouvaient les enfants et il s’est maintenu dans les airs pendant quelques minutes. Dominique Callimanopulos raconte ses impressions sur le cas :

Une des enfants de l’école Ariel montrant à John Mack la forme des yeux de l’être qu’elle a vu descendre d’un vaisseau dans la cour.

« Nous avons parlé avec plusieurs petits enfants qui ont vécu la visite de deux ovnis et de deux êtres qui ont plané au-dessus de leur aire de jeux pendant la récréation. C’était une petite école secondaire dans les alentours de Harare au Zimbabwe, et 60 enfants pendant la récréation ont vu ces deux ovnis survoler et deux extraterrestres en sortir. De plus, je me souviens qu’une fillette m’a décrit que « c’était comme s’ils flottaient sur la pelouse en notre direction, comme s’ils sautillaient sur la pelouse vers nous. » À ce sujet, je me rappelle la voix de John, spécifiquement lorsqu’il a demandé à une fillette… ils s’agissaient d’enfants très disciplinés, postcoloniaux, de différentes races, avec des tresses, ils s’exprimaient très bien, et John demanda à cette fillette comment elle appellerait ces êtres qu’elle a vus et la fillette a répondu qu’elle les appellerait extraterrestres, des êtres extraterrestres. »

Pour certains enfants, l’ovni demeura en suspens. Pour la majorité, l’ovni avait atterri. Le lieu où l’étrange sphère a flotté ou atterri ne faisait pas partie de la cour d’école et même si cette zone n’était pas clôturée, elle était interdite aux enfants, car il y avait beaucoup d’araignées et de serpents.

Un des dessins que les enfants de l’école Ariel ont fait afin de montrer à John Mack l’apparence des êtres qui ont descendu dans la cour.

La majorité des enfants raconte que la sphère a atterri en cet endroit, à environ cent mètres de la cour, et un petit homme, de la taille d’environ un mètre, est apparu sur l’ovni. L’homme avait un visage pâle et ses cheveux étaient longs et arrivaient en bas des épaules. De plus, son cou était squelettique, ses yeux ressemblaient à des ballons de rugby et il était habillé d’une combinaison noire ajustée qui était très brillante.

John Mack a demandé à une des fillettes de dessiner les yeux des êtres et de lui expliquer de quoi ils avaient l’air. Ce qui suit est la transcription de la conversation qui a eu lieu lors de la réalisation du dessin :

John Mack : Les yeux étaient plus pointus vers le centre de la tête ?
Fillette : Oui, et ceci (en pointant sur le dessin la partie extérieure de l’oeil) était tout noir.
J. M. : Tout noir, y ils avaient des pupilles
Fillette : Oui, les pupilles étaient blanches.
J. M. : Tu as vu du blanc au centre ?
Fillette : Oui.
J. M. : Il se trouvait près de l’objet argenté ou il était loin ?
Fillette : Il se trouvait dessus.
J. M. : Sur l’objet argenté, d’accord, y tu l’as regardé ?
Fillette : Oui.
J. M. : Et t’a-t-il regardé ?
Fillette : Oui, il m’a fait peur.

Une autre des fillettes de l’école Ariel a expliqué à John Mack, en détail, la peur qu’elle a ressentie en regardant les yeux de l’être étrange :

J. M. : Tu as vu ses yeux ?
Fillette : Oui.
J. M. : De quoi avaient-ils l’air ?
Fillette : Ils étaient verts et de cette forme. (en pointant le dessin)
J. M. : Où se trouvait la partie pointue ?
Fillette : Ici en haut.
J. M. : Et qu’as-tu ressenti lorsque tu as vu ses yeux ?
Fillette : Cela m’a fait peur.
J. M. : Peur, pourquoi ? Qu’est-ce qui faisait peur ?
Fillette: Les yeux avaient l’air méchants.
J. M. : méchants ?
Fillette : Oui.
J. M. : Et qu’est-ce qui les rendait méchants ? À quoi fais-tu référence en parlant de méchant ?
Fillette : Cela avait l’air méchant parce qu’il me fixait.
J. M. : Il te fixait comme s’il voulait faire quoi ?
Fillette : Comme s’il voulait nous emmener.
J. M. : Comme s’il voulait t’emmener. C’est la sensation que tu as eue ? Qu’il voulait t’emmener avec lui ?
Fillette : Oui.
J. M. : As-tu senti que tu voulais aller avec lui ?
Fillette : Non.
J. M. : Quel effet cela a eu sur toi de sentir qu’il voulait t’emmener avec lui ?
Fillette : Je me suis simplement éloigné et j’ai commencé à pleurer.

Quelques enfants racontent qu’ils se sont approchés à la limite de la cour afin de mieux observer l’homme. Celui-ci a marché sur le terrain, s’est rendu compte de la présence des enfants et a disparu. Puis, le même homme, ou un autre qui lui ressemblait beaucoup, est apparu sur la partie arrière de l’ovni

Un des enfants a déclaré : « Les deux (êtres) couraient; un courait entre les arbres et l’autre courait dans le vaisseau. Il y avait des arbres ici aussi (en pointant le dessin du lieu où a atterri le vaisseau). »

Lors d’une des entrevues effectuées par John Mack, une fillette a décrit le genre de son que le vaisseau a fait lorsqu’il s’est approché de la cour de l’école :

Le visage d’une des fillettes qui essaie de se souvenir de l’expérience pendant qu’elle est interviewée par John Mack.

J. M. : Quelque chose t’a alarmée, vrai ?
Fillette : Oui.
J. M. : Qu’est-ce qui t’a alarmée ?
Fillette : Le bruit.
J. M. : Quel bruit ?
Fillette : Le bruit que l’on entendait dans l’air.
J. M. : Vous avez entendu un bruit dans l’air ?
Fillette : Oui.
J. M. : Comment était-ce ? Comme un rugissement, comme un bourdonnement ? Quel genre de bruit était-ce ?
Fillette : C’était comme si quelqu’un jouait de la flute.

Lumières étranges dans le ciel du Zimbabwe

Selon les versions de plusieurs des enfants, les hommes du vaisseau se sont communiqués mentalement et leur ont transmis un message sur la destruction que nous sommes en train de causer à la planète. Ensuite, la sphère a décollé et a disparu.

Les enfants qui ont assisté à l’événement étaient âgés de 5 à 12 ans. Certains étaient excités et d’autres traumatisés. Les plus petits ont eu peur et ont couru en criant « à l’aide, à l’aide ».

Un petit enfant africain a déclaré qu’il était effrayé, car il pensait que les Tokoloshies ou démons africains allaient le manger. Selon l’enquêteuse Cynthia Hind, en Afrique il y a des légendes à propos des Tokoloshies qui mangent les enfants.

Le collaborateur de recherche de John Mack, Dominique Callimanopulos, qui est demeuré à l’école Ariel pendant deux jours et qui a interviewé les enfants sur l’événement, souligne un important détail. Selon Callimanopulos, un journaliste de la BBC les a informées que deux jours avant l’épisode de l’école Ariel, de nombreuses personnes ont signalé avoir vu des lumières étranges ou des ovnis dans le ciel du Zimbabwe. Callimanopulos nous raconte que pas tous les enfants ont réagi avec de la peur face à la possible visite extraterrestre :

« Malgré leur état de peur, beaucoup d’enfants ont raconté avoir ressenti de la curiosité et de la fascination pour ces étranges êtres, dont les yeux en particulier leur ordonnaient de les regarder attentivement. Elsa (une des fillettes) nous a raconté qu’elle avait pensé que les êtres voulaient nous dire quelque chose à propos de notre futur, sur comment « le monde va s’achever, peut-être parce que nous ne faisons pas attention à la planète ou à l’air. » Elle a dit qu’elle s’est sentie très mal lorsqu’elle est retournée chez elle cette journée-là. « Comme si tous les arbres allaient tomber et qu’il n’y aurait plus d’air, que les gens allaient mourir. Ces pensées sont venues de l’homme, des yeux de l’homme. »

Un extraterrestre pour enfants seulement

Au moment où les sphères survolaient l’école Ariel et alarmaient les enfants, les enseignants étaient réunis et malgré les cris des enfants ils ne sont pas sortis vérifier ce qui se passait. Lorsque Cynthia Hind interrogea les enseignants, ceux-ci expliquèrent qu’ils ne sont pas sortis de la salle de réunion parce que les enfants criaient toujours pendant la récréation et nous n’avons pas pensé que quelque chose d’inhabituel était arrivé.

À part les enseignants, le seul adulte disponible était la maman chargée du comptoir de friandises du collège. Quand les enfants l’ont appelée pour lui raconter l’événement, elle ne les a pas crues, et n’est pas non plus sortie pour voir ce qui se passait. Elle a raconté à l’enquêteuse Cynthia Hind que lorsque les enfants l’ont appelée elle n’était pas prête à sortir et laisser le comptoir de friandises sans surveillance.

Selon les recherches effectuées par John Mack et son équipe, l’événement n’a pas duré plus de quinze minutes. Après l’événement, les enfants ont couru vers la salle de réunion des enseignants et leur ont finalement raconté ce qui s’était produit, ceux-ci ne les ont pas crues, car aucun adulte n’avait assisté à l’événement.

« Ils sont arrivés en courant pris de panique. Même si nous avions essayé, nous n’aurions jamais été capables de courir tous ensemble de cette manière, même si nous avions essayé plusieurs fois. Ils sont arrivés en courant comme un serpent vivant, nous étions dans une réunion d’équipe et nous les avons écouté crier et crier, cela ne s’invente pas. » (Déclaration d’une enseignante.)

« J’ai pris connaissance de cela bien plus tard, en réalité… Non au moment où cela s’est produit, parce que, comme je l’ai dit, nous étions ici à l’intérieur, en pleine réunion de personnel et j’en ai eu connaissance une heure après. Plus tard, à l’heure du déjeuner, quelques enfants l’ont raconté à leurs parents lorsqu’ils sont venus les chercher. Les parents ont pris une petite marche, afin de voir s’ils pouvaient voir quelque chose. C’est à ce moment que réellement je me suis préoccupé parce que, s’il y avait vraiment quelque chose là dehors, je ne voulais pas que tout le monde y soit. » (Déclaration de Colin Mackie, directrice de l’école.)

John Mack conseilla aux parents et aux enseignants qu’en dehors du fait qu’ils croient ou non à l’histoire des enfants, il fût contre-indiqué de les traiter de menteurs.

Ce qui est sûr est que l’on n’a pas trouvé d’autres preuves que les témoignages des enfants. Gunter Hofer, un membre de l’équipe de Cynthia Hind a déterminé au moyen de magnétomètres et de compteurs Geiger qu’il n’y avait pas de traces de radiation dans la zone où les enfants reportaient avoir vu à l’ovni. Cynthia Hind a parcouru l’endroit à la recherche d’une quelconque trace laissée par le vaisseau en écrasant l’herbe au sol et n’a rien trouvé.

L’extraterrestre qui parlait avec les yeux

Fillette : J’ai pensé que peut-être le monde allait se terminer, que peut-être ils nous disaient que le monde allait finir.
J. M. : Pourquoi crois-tu qu’ils voudraient que nous soyons alarmés ?
Fillette : Mmmm, peut-être parce que nous ne faisons pas attention à la planète et à l’air de manière adéquate.
J. M. : Cette idée que nous ne faisons pas attention à la planète et à l’air de manière adéquate, tu l’avais avant, ou cette idée t’est venue lorsque tu as eu cette expérience ?
Fillette : Lorsque j’ai eu cette expérience.
J. M. : Comment cette idée t’est venue durant cette expérience ? Ceci est un peu difficile, essaye de me suivre dans ceci, comment est-ce que cette idée t’est parvenue lorsque tu as eu cette expérience ?
Fillette : J’ai seulement ressenti quelque chose d’horrible à l’intérieur de moi.
J. M. : À quel moment as-tu ressenti cela ? Lorsque tu as vu le vaisseau ? Lorsque tu es arrivé à la maison dans la soirée ?
Fillette : Lorsque je suis arrivé à la maison.
J. M. : Tu as eu ce sentiment horrible lorsque tu es arrivé à la maison ?
Fillette : Oui.
J. M. : Raconte-moi davantage sur ce sentiment, comment était-ce ?
Fillette : C’était comme si tous les arbres du monde tombaient. Il n’y avait plus d’air et les gens mourraient.
J. M. : Et ces pensées, les avais-tu avant cette expérience ?
Fillette : Non.
J. M. : Non, et comment cela se fait-il que ces pensées soient arrivées jusqu’à toi ? Sont-elles venues du vaisseau ? Ou de…
Fillette : Ils sont venus de l’homme.
J. M. : De l’homme, et l’homme t’a dit ces choses ? Comment t’a-t-il transmis ces idées ?
Fillette : Il n’a jamais rien dit, c’était son visage, ses yeux.
J. M. : Qu’as-tu perçu de ces yeux ?
Fillette : Il était intéressé.

Sources